Une pression inadaptée accélère-t-elle l'usure de mes pneus agricoles

L’usure est certainement un des principaux problèmes de vos pneus agricoles, car évidemment, si cette usure est rapide, vous êtes contraint de les remplacer ce qui entraîne des dépenses toujours trop importantes.
Par contre, les réglages de pression au quotidien, la vérification de la pression par rapport à la charge ou l’adaptation de la pression en fonction des sols rencontrés semblent être des tâches très secondaires, qui sont souvent considérées comme optionnelles et de moindre importance. Malheureusement, les deux sont complètement liées et le défaut de pression ou l’excès de pression sont souvent la première raison qui accélère l’usure de vos pneumatiques.

Voici dans cet article pourquoi le réglage de pression est important pour réduire l’usure et dans quel cas vous pouvez vous passer de ce réglage sans crainte pour la longévité de vos pneus.

Les pneus des machines agricoles sont très différents des pneus automobiles, vous allez les charger bien davantage et leur faire subir énormément de contraintes.

Ils doivent être efficaces aussi bien sur la route qu’aux champs, mais avec des natures de sol très différents, très durs pour le bitume et souvent extrêmement meubles pour les champs, si les conditions climatiques ne sont pas bonnes.

Ce sont ces différences majeures : de charge, de type travail et de nature de sol, qui imposent une manière différente de gérer, de préparer et de contrôler ses pneus agricoles pour augmenter leur longévité.

 

1. Quel est le rapport entre l’usure et des pneus surgonflés ?

Pour résister à la charge vous devez monter la pression des pneus pour éviter que le poids de vos outils, ou que les reports de charge lorsque vous relevez l’outil ne viennent écraser vos pneumatiques et altérer leurs structures.

Le fait de monter la pression pour compenser la charge est recommandé pour une utilisation sur route avec un niveau de vitesse élevé, pour le transport, au moment des récoltes par exemple.

Le problème dans le cas d’une pression élevée va se retrouver dans l’utilisation aux champs où l’excès de pression sera contreproductif. Il va entrainer des effets négatifs qui vont, entre autres, augmenter l’usure :

Usure liée à l’augmentation de la résistance au roulement

Si les conditions climatiques ne sont pas bonnes et que vous travaillez sur un terrain lourd, des pneus surgonflés vont avoir tendance à s’enfoncer dans le sol meuble, pour trouver de la résistance.

Vos pneus, ainsi que le sol, sont des éléments qui se déforment, les premiers vont s’écraser sur eux-mêmes et le sol va se compacter en réaction.

Plus la pression est élevée dans les pneus et plus la pression exercée au sol est importante, les pneus surgonflés s’enfoncent donc dans le sol. La quantité de terre devant le pneu augmente mécaniquement et l’effort à fournir pour avancer devient plus important. Chaque centimètre de profondeur supplémentaire correspond à une augmentation proportionnelle du frottement pour avancer et donc une augmentation de l’usure.

Usure liée à l’augmentation du patinage et du glissement

Un pneu surgonflé s’écrase peu et la taille de son empreinte au sol reste faible, les barrettes n’ont pas suffisamment d’appui sur le sol, la flexion du pneu étant faible, la capacité de débourrage s’amenuise. L’ensemble de ces phénomènes cumulés entrainent une augmentation importante du patinage.

Le patinage est lié aux conditions climatiques bien sûr, mais aussi au niveau de pression des pneumatiques. La distance parcourue par le pneu avec un taux élevé de patinage est supérieure à la distance parcourue réellement par le tracteur.

La perte de puissance liée au glissement des pneus sur le sol peut atteindre 20%, voire plus. Ce glissement excessif sur plusieurs hectares entraine une accélération de l’usure des pneumatiques.

Patinage lié à des pneus surgonflés en conditions humidesPatinage lié à des pneus surgonflés en conditions humides

2. Quel est le lien entre l’usure et des pneus sous-gonflés ?

Aux champs, il est fortement recommandé de baisser la pression au maximum de ce que permet votre modèle de pneumatique. Cela va augmenter la taille de son empreinte au sol, pour diminuer la compaction des sols, augmenter la traction et réduire le patinage. Cependant c’est lorsque vous prenez la route entre vos parcelles ou pour rejoindre une parcelle éloignée que le manque de pression devient un problème.

En effet sur route, vous allez augmenter la vitesse et des pneus sous-gonflés auront tendance à s’user beaucoup plus rapidement.

Échauffement et usure des pneumatiques sur route

Un pneu sous-gonflé a une grande empreinte au sol, la zone de contact entre la gomme et le bitume qui est dur et abrasif est plus importante. Lorsque vous prenez la route, vous augmentez la vitesse ce qui augmente mécaniquement la température du pneu. Cette élévation de température rend la gomme plus souple. L’ensemble de ces paramètres sont de nature à augmenter rapidement l’usure, d’autant plus que vous parcourrez de grandes distances sur route.

Risque d’usure lié au report de charge

La charge a un impact majeur sur le pneumatique, car c’est lui qui compense les milliers de kilos supplémentaires de l’outil en se déformant plus ou moins. Lorsque vos pneus sont sous-gonflés pour travailler aux champs, parce que l’outil est posé au sol, c’est plutôt bénéfique pour éviter une compaction excessive. Cependant au moment où vous quittez la parcelle, le report de charge de l’outil relevé est à son maximum sur le train arrière, rajoutant des milliers de kilos supplémentaires sur vos pneus.

Si vous travaillez avec une pression basse et que vous ne rééquilibrez pas cette pression avant de prendre la route, vos pneus arrière vont subir des contraintes très importantes de charges, de déformations qui vont se cumuler avec l’augmentation de la température liée à la vitesse. L’usure sera dans ce cas-là extrêmement rapide et le risque de provoquer une avarie ou des dommages irréversibles au niveau de la carcasse sont tout à fait possibles.

Avarie au niveau du talon liée au roulage fréquent en sous-pressionAvarie au niveau du talon liée au roulage fréquent en sous-pression

3. Une pression moyenne permanente est-elle une cause d’usure ?

Même si les pneus agricoles sont généralement de conception plus solide que les pneus autos, ils ne peuvent pas être utilisés de la même manière. Vous ne pouvez pas considérer qu’un réglage de pression moyen, quelque fois par an, sera suffisant pour tous les types d’utilisations très différentes que vous allez avoir pour vos activités agricoles.

La pression moyenne est peut-être la pire solution, car dans les exemples précédents, le pneu surgonflé était optimal sur route et le pneu sous-gonflé particulièrement efficace aux champs.

Par contre si vous choisissez une pression moyenne sans faire réellement de contrôle en fonction de la charge ou de la nature des sols, vous vous retrouvez en réalité avec une pression qui est systématiquement mauvaise, elle n’est ni optimale sur route, ni optimale aux champs.

Cette option qui peut sembler la plus simple et sans conséquence, puisque vous gérez la pression de vos autos ainsi, est totalement inadapté pour les pneus agricoles. Dans ce cas, vous usez vos pneus sur route avec trop de résistance au roulement et vous usez vos pneus aux champs avec trop de patinage.

Cette option simple et facile est certainement le meilleur moyen de réduire la durée de vie de vos pneus d’environ 20 à 25%.

4. Quelles solutions pour éviter les réglages de pressions ?

Le réglage de pression régulier en fonction de la charge, de la vitesse et de la nature du sol est bien le meilleur moyen d’augmenter la longévité de vos pneus de plusieurs milliers d’heures.
Cependant, il est vrai que ces opérations de réglages sont contraignantes et qu’elles viennent s’ajouter à des journées de travail déjà bien chargées.

Il existe bien une possibilité pour éviter d’avoir à gérer la pression en utilisant des pneus de conception plus évolués.
Les pneus VF ont été spécialement étudiés et développés pour intégrer toutes ses contraintes, sans subir l’usure inévitable d’un pneu de technologie normale.

Pneus VF basse pression VT-TRACTOR de BridgestonePneus VF basse pression VT TRACTOR de Bridgestone


Les équipes de recherches et développement de Bridgestone ont travaillé sur chacun des points décrits dans cet article pour augmenter la capacité du pneu, pour augmenter sa résistance à l’usure, pour augmenter sa longévité :

  • La conception de la gomme bénéficie de nouvelles huiles végétales, qui augmentent la résistance à l’usure de la matière et permettent au pneu d’avoir des taux de longévité bien supérieure à un pneu de technologie normale.
  • Un pneu VF comme le VT-TRACTOR supporte 40% de charge en plus qu’un pneu standard, sa structure interne, les fibres intégrées au caoutchouc et le nombre de plis qui constituent sa bande de roulement ont été renforcés.
  • Un pneu VF peut travailler aux champs à très basse pression : 0,8 bar, car ses flancs ont été conçu spécialement pour avoir un maximum de souplesse et de résistance à la flexion sans altérer le pneu sur le long terme.
  • Un pneu VF permet donc de gagner du temps en ne changeant pas la pression entre la route et les champs, car sa conception le préserve de l’usure même si vous n’êtes pas à la pression la plus adaptée aux sols rencontrés.

 


Pour en apprendre davantage sur les techniques qui permettent de préserver la rentabilité de votre exploitation, les experts du pneu de tracteur vous proposent de télécharger gratuitement ci-dessous un eBook complet sur ce sujet :

Téléchargez : Augmentez la rentabilité de votre exploitation

La majorité des personnes qui ont lu cet article ont aussi lu les articles suivants qui sont classés ci-dessous par ordre de popularité :

Ces informations ont pour seul but de vous sensibiliser aux aspects techniques et fonctionnels des pneus agricoles et de leur utilisation. Elles ne vous permettent pas de porter un jugement ou une conclusion définitive à une problématique donnée. Seul votre expert en pneu agricole est en mesure d'effectuer une expertise technique et de prendre une décision finale, au cas par cas.


Laissez un
commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *