Les clés du travail à très basse pression avec vos pneus agricoles

Si certains facteurs comme le climat ou le poids de votre tracteur ne sont pas dépendants de votre volonté, la préservation des sols est, par contre, en grande partie sous votre contrôle, si vous décidez de travailler à très basse pression. Vous tenez là un bon moyen d’améliorer vos rendements. Il faut cependant pour cela, prendre en compte certaines limites qui sont liées aux caractéristiques de vos pneumatiques.
La pression ayant pour premier rôle de compenser la charge de votre machine, vous ne pouvez pas baisser cette pression juste pour préserver vos sols sans prendre en compte tous les autres paramètres : comme la charge, les limites de capacités de vos pneus, leur technologie, la vitesse de travail, etc.

Le travail à très basse pression avec vos pneus agricoles est tout à fait possible mais il doit respecter certaines règles dont vous trouverez les explications dans cet article :

1. Quelles sont les 5 conséquences possibles liées aux sous-gonflages de mes pneus ?

Le fait de réduire largement la pression des pneus permet d’augmenter leurs empreintes au sol et de réduire le tassement de vos parcelles. Toutefois, chaque pneu agricole possède ses propres caractéristiques techniques et le travail à très basse pression doit obligatoirement les prendre en compte. En fonction de votre modèle de pneu, de votre charge et du sol sur lequel vous devez rouler, vous ne devez pas réduire trop la pression, pour éviter des conséquences irréversibles qui peuvent vous coûter très cher :

1. Réduction de la durée de vie du pneu d’environ 25%

Le fait de rouler à basse pression sur route avec des pneus non conçus pour cet usage va augmenter rapidement l’usure. Lorsque la pression est trop basse, la gomme du pneu s’échauffe et devient plus tendre, causant ainsi une usure rapide de la bande de roulement au contact de l’asphalte qui est très abrasif. La durée de vie du pneu sera réduite de 25%, voire plus, si vous roulez régulièrement sur route à vitesse élevée.

2. Augmentation de la consommation de carburant

Sur route, la résistance au roulement d’un pneu sous-gonflé est largement supérieure à la normale, occasionnant ainsi une surconsommation de carburant, qui sera beaucoup plus importante si vous parcourez de longues distances.

3. Stabilité réduite au freinage, en virage et en dévers

La résistance aux contraintes d’un pneu sous-gonflé est très faible. Sur route, le report de charge de votre attelage en virage et au freinage viendra écraser vos pneus, notamment si vous roulez en charge à une vitesse importante. Le report de charge aura le même effet aux champs si vous travaillez en dévers.

4. Dommage irréversible de la carcasse

Un pneu sous-gonflé de manière fréquente subit des flexions trop importantes de ses flancs, le renfort et le pli de carcasse vont s’user progressivement sur le rebord de la jante jusqu’à entraîner une cassure juste au-dessus de la tringle, rendant ainsi votre pneu hors d’usage.

Avarie au niveau du talon liée au roulage fréquent en sous-pression
Avarie au niveau du talon
liée au roulage fréquent en sous-pression

5. Crevaison brutale et arrêt du chantier

En réglant la pression en dessous de celle recommandée, votre pneu peut subir des dégradations internes qui auront des conséquences même après correction de la pression. Le pneu va s’écraser sur le sol et l’extrémité de ses flancs sera en contact avec celui-ci. Une simple branche, une racine ou une pierre peut provoquer une crevaison brutale du pneu, immobilisant ainsi votre machine avec de lourdes dépenses à la clé.

2. Peut-on se fier aux tableaux de pression qui commencent à une pression de 0,6 bar ?

La majorité des tableaux de pression des manufacturiers présentent un premier niveau de pression extrêmement bas pour de nombreux modèles de pneus. Lorsqu’on souhaite préserver ses sols, le réflexe naturel est donc de choisir ce type de réglage minimum pour les chantiers légers et de travailler ainsi sur la totalité de sa parcelle.
Attention, ce type de tableau vous donne l’ensemble des pressions avec des bornes minimum et maximum d’utilisation extrême possible d’un modèle de pneu, mais ne vous conseille pas de travailler en continu à la limite des possibilités du pneumatique.

À titre d’exemple comparatif, une voiture de petite cylindrée destinée à la ville est donnée par le constructeur avec une vitesse de pointe de 185 km/heure. Cela parait évident que si vous roulez une journée entière à cette vitesse constante vous allez détériorer le moteur. Cet exemple s’applique de la même manière à vos pneus.

Il est fréquent de voir des tableaux de recommandation de pression commencer à 0,6 bar, pour une charge et une vitesse définie, ce qui représente le minimum de pression exceptionnel pour des pneus standards. Pour éviter de tasser vos sols tout en préservant vos pneus, il sera préférable de travailler avec une pression un peu supérieure de 1 bar ou 1,2 bar et non à la limite minimale indiquée sur le tableau du constructeur (0,6 bar). En effet, il est possible de descendre à une pression de 0,6 bar, pour travailler une partie de votre parcelle qui aurait un sol plus difficile, une terre plus meuble ou très humide, mais uniquement sur de courtes distances, à vitesse très réduite, en ligne droite et sur des surfaces planes.

3. Quelles sont les contraintes qui empêchent de travailler à basse pression ?

Le travail à très basse pression a pour but de préserver les sols, mais il ne peut pas se faire sans respecter plusieurs paramètres techniques, notamment la charge, le type de sol, de fortes pentes, la vitesse de travail et la technologie du pneu.

La pression est directement liée à la charge

La pression impacte directement la compaction des sols, mais son premier rôle est de compenser la charge de votre machine et de vos outils. La pression ne peut pas être la même selon que vous rouliez à vide ou en charge. Lorsque vous transportez de lourdes charges, la carcasse, les flancs et la bande de roulement du pneu sont fortement sollicitées et vont subir une déformation importante qui peut être de nature à endommager le pneu si la pression n’est pas assez haute.

Pour le travail en dévers prendre en compte le report de charge

Le réglage de pression est important lorsque vous travaillez en dévers, car le report de charge lié à l’inclinaison du terrain peut entrainer des dépassements importants des capacités de charge sur un pneu ou sur un essieu.
Lorsque le tracteur monte une pente, le train avant est entièrement délesté et c’est l’arrière qui subit le report de charge. Inversement, le poids total de l’attelage va écraser le train avant lorsque le tracteur descend une pente.

Si vous travaillez à basse pression ce report de charge sera de nature à écraser vos pneus qui n’auront pas la pression suffisante pour résister. Si votre parcelle n’est pas plate, et pour éviter un éventuel accident, vous devez prendre toutes les précautions nécessaires et revoir vos pressions en fonction du calcul des charges qui prend en compte l’inclinaison de la pente. L’adaptation de la pression sera prioritaire sur le respect des sols pour préserver vos pneus.

La vitesse augmente la déformation du pneu
Pour le travail en dévers
il est nécessaire d'ajuster la pression

 

La pression et la vitesse sont directement liées. Si vous travaillez à basse pression avec des pneus standards, c’est incompatible avec une vitesse élevée.

À basse pression le pneu s’aplatit de manière très importante au niveau du sol, il reprend sa forme normale lorsqu’il quitte le sol à chaque rotation. Si la vitesse est trop importante il n’aura pas le temps de récupérer sa forme initiale lors d’un tour de roue et subira une déformation supplémentaire. L’accumulation des déformations va élever la température à l’intérieur du pneu, fragiliser la gomme et la structure interne jusqu’à l’éclatement du pneu.

Pour travailler à très basse pression sur votre parcelle, vous devez respecter la vitesse recommandée par le manufacturier, et surtout vous obliger à remonter la pression sur route, si votre attelage est chargé lors de la récolte, par exemple.

 

4. Quels modèles de pneus sont conçus pour travailler à très basse pression ?

Il existe des modèles de pneus agricoles qui ont été conçus pour travailler à très basse pression, notamment les pneus de technologie VF (Very high Flexion). La construction de leur carcasse est très spécifique, elle a été renforcée et sa structure multicouche lui permet une plus grande capacité de flexion. Ses flancs sont plus souples mais en même temps plus solides que ceux d’un pneumatique standard.

Robustesse et gain de temps

Aux champs, ces pneus technologiques peuvent rouler à une très basse pression sans risque de détérioration. La carcasse d’un pneu VF peut, par exemple, supporter une pression de 0,6 bar en condition de travail normale alors qu’un pneu standard devrait rester au-dessus de 1 bar. De plus, le pneu VF a été étudié pour passer d’un sol à l’autre sans adapter la pression, de quoi vous faire gagner un temps précieux dans votre travail.

Comparatif de charge et de pression : pneu standard contre pneu VF

La structure plus robuste des pneus VF leur permet d’offrir une plus grande capacité de charge par rapport à un pneu agricole standard. Vous avez donc le choix avec cette technologie de monter la charge sans augmenter la pression ou de réduire la pression pour une charge équivalente à un pneu standard.

Pneus VF VT-TRACTOR
Pneus VF VT-TRACTOR

 

Voici un exemple de comparaison entre des pneus standards et des pneus de technologie VF utilisés aux champs avec un couple élevé à 10 km/h :

Pneu dimensions : 650/85 R38 pour 7000 kilos de charge :

  • Le pneu standard doit être gonflé à 2,2 bars
  • Le pneu VF VT-TRACTOR peut être gonflé à 1,4 bar
  • Gap de – 0,8 bar pour le pneu VF

Pneu dimensions : 600/65 R28 pour 4000 kilos de charge :

  • Le pneu standard doit être gonflé à 2,2 bars
  • Le pneu VF VT-TRACTOR peut être gonflé à 1,4 bar
  • Gap de – 0,8 bar pour le pneu VF

 

C’est le miracle de la technologie. En effet, lors des tests d'empreinte au sol, on peut constater que le tassement des couches profondes est quasiment inexistant avec ce type de pneu basse pression qui ont la capacité de se déformer de manière importante pour mieux répartir la masse sur une plus grande largeur de contact au sol.
Ces pneus VF permettent soit d’augmenter la charge de 35 à 40%, soit de descendre la pression jusqu'à 0,6 bar pour une charge de travail équivalente à un pneu agraire standard.

 


Pour en apprendre davantage sur les techniques qui permettent d'augmenter la rentabilité de votre exploitation, les Experts du pneu de tracteur vous proposent de télécharger gratuitement ci-dessous notre livre blanc complet sur ce sujet :

Téléchargez : Augmentez la rentabilité de votre exploitation

La majorité des personnes qui ont lu cet article ont aussi lu les articles suivants :

Ces informations ont pour seul but de vous sensibiliser aux aspects techniques et fonctionnels des pneus agricoles et de leur utilisation. Elles ne vous permettent pas de porter un jugement ou une conclusion définitive à une problématique donnée. Seul votre expert en pneu agricole est en mesure d'effectuer une expertise technique et de prendre une décision finale, au cas par cas.


Laissez un
commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *